Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Aux assises du Nord, un détenu raconte son calvaire en prison - Brûlures, coups, humiliations

Brûlures, coups, humiliations

Aux assises du Nord, un détenu raconte son calvaire en prison

"Ils s'acharnaient sur moi !": un ancien détenu d'une prison lilloise a raconté mardi aux assises du Nord les multiples sévices - "brûlures", "coups", brimades et "tentative de viol" - infligés pendant plusieurs jours en 2013 par deux hommes qui partageaient sa cellule, pourtant "trop petite" pour trois.

E-llico.com / Actus

Aux assises du Nord, un détenu raconte son calvaire en prison
Brûlures, coups, humiliations

Mis en ligne le 06/11/2019

Tags

Prison Humiliations Viol Justice

"Je hurlais de douleur, je me débattais (...) J'avais l'impression qu'ils n'arrêteraient jamais", lance Bachir, 25 ans, encore plein de "rage" à la barre de la cour d'assises de Douai (Nord). Face à lui, les deux accusés Driss El-B. et Driss A., poursuivis pour "torture, actes de barbarie" et "tentative de viol", gardent les yeux au sol.

Incarcérés ensemble en avril 2013 au sein de la maison d'arrêt de Lille-Sequedin dans une cellule normalement conçue pour deux, les trois détenus âgés de 18, 19 et 20 ans ont au départ de "bons" rapports, assure Bachir.

Driss El-B., ancienne "connaissance du quartier", à Roubaix, qui exécute huit mois de prison pour des délits liés aux stupéfiants, "dort sur le lit superposé". Driss A., quatre mois de prison pour vol, échange avec Bachir le lit du bas et le matelas au sol, "une semaine sur deux".

Lorsqu'ils s'ennuient, les codétenus se prêtent à des "jeux de lutte", en "corps à corps". "Mais petit à petit, ils se sont mis à deux contre moi, c'est devenu plus intense, plus dur", dénonce Bachir. A coups de pieds, de poings, les combats laissent des marques visibles sur le corps du jeune homme, qui "ne sort plus" en promenade.

Mais les faits de torture "ont vraiment commencé avec la bouteille d'épices. Driss A. me tenait, Driss El-B. a essayé de l'introduire dans mon anus", affirme Bachir en dénonçant une "tentative de viol". Les dates, causes et circonstances restent floues. Pudique, Bachir peine à raconter, atteint dans "son honneur".

La Cour revient sur l'épisode d'un "strip-tease", exécuté "pour rire" par Bachir à la demande d'un codétenu et décrit pendant l'instruction comme un moment de bascule. "Ca m'a fait péter les plombs", avait dit Driss El-B aux enquêteurs.

"Je ne comprends pas pourquoi j'ai fait ça"

Pendant une dizaine de jours, les accusés infligent alors à Bachir de nombreuses brûlures, dont une de 12 cm de long administrée à l'aide d'une casserole bouillante, d'autres sur le torse et les bras avec des capuchons de stylo fondus ou encore sur les parties génitales avec des allumettes. Selon l'enquête, Driss El-B., souvent décrit comme le "meneur", va jusqu'à appliquer de l'eau de Javel sur les plaies encore à vif, disant vouloir les "désinfecter".

Bachir subit aussi des humiliations, insultes homophobes et menaces mais n'entend "pas parler" et veut "régler ça" lui-même. C'est la soeur de Bachir, inquiète après avoir vu son frère "plein de sang" au parloir, qui appelle finalement à l'aide un ex-éducateur puis l'administration pénitentiaire, malgré les "menaces" de plusieurs "amis de Driss El-B.", déclenchant ainsi la procédure judiciaire.

"Pardonne-moi, même moi, je ne comprends pas pourquoi j'ai fait ça", lâche Driss El-B. depuis le box des accusés. Actuellement incarcéré pour d'autres faits, il dit désormais "vouloir assumer" après avoir longtemps nié. "J'ai tout fait", balbutie-t-il: "pour la bouteille, je ne sais pas si c'est arrivé, je n'ai jamais voulu le violer".

Comparaissant libre, Driss A. nie de son côté toute participation et charge son co-accusé. "J'aurais dû parler" mais "j'allais sortir de prison. J'avais peur", "je n'ai pensé qu'à moi", lâche-t-il. Appelés à la barre, des experts soulignent "l'immaturité" des codétenus, la personnalité violente de Driss El-B. et "l'effet de groupe" devenant "engrenage" dans le "huis-clos de la cellule".

"Ce sont des violences innommables, portées à un degré supérieur à ce qu'on voit habituellement", commente l'avocat de Bachir, Charles Cogniot, y voyant toutefois "un épisode de plus des violences carcérales".

Rédaction avec AFP

 

> Publicité <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Lille Prison ferme pour deux détenus qui avaient torturé leur compagnon de cellule

Monténégro L'Eglise orthodoxe baptise pour la première fois une transgenre

Turkménistan Un jeune médecin porté disparu après son coming-out

Etats-Unis / Orlando Le mémorial des victimes homosexuelles du Pulse dévoilé

Géorgie Menaces sur le film Et puis nous danserons

Géorgie L'extrême droite et l'Eglise orthodoxe menacent de perturber la diffusion d'un film d'amour gay

Mémoire LGBT La mairie de Paris annonce la construction d'un mémorial de la déportation homosexuelle

Slovénie Un club queer attaqué à Ljubljana

Brésil / Assassinat Marielle Franco Des policiers accusent Bolsonaro d'avoir fait pression sur un enquêteur

Etats-Unis Un Américain tente d'échapper à son exécution liée, selon lui, à son homosexualité

Panama Manifestations mouvementées contre une réforme constitutionnelle empêchant le mariage gay

PMA / GPA Après l'annulation d'un débat avec Agacinski, Blanquer dénonce un nouveau maccarthysme

Harcèlement sexuel Une expertise psychiatrique de l'animateur Jean-Marc Morandini ordonnée par le juge

Assassinat Marielle Franco Le parquet dément un témoignage à charge contre Bolsonaro

Etats-Unis Les overdoses réduisent l'espérance de vie, comme le sida en 1993

Bayonne L'auteur de l'attaque contre la mosquée était connu pour des prises de positions homophobes

Miss France Transgenre Je ne pense pas que les Français soient prêts à élire une transsexuelle, déclare Sylvie Tellier

Manifestations au Chili Des accusations de violences sexuelles homophobes de la part des forces de sécurités

Gilets jaunes Un policier qui avait traité ses collègues de bande de pédales condamné à 2.000 euros d'amende

Colombie Une femme lesbienne élue pour la première fois maire de la capitale Bogota

Taïwan 200.000 personnes pour la première marche des fiertés depuis la légalisation du mariage gay

Droits LGBT Ghesquière, le créateur star de Louis Vuitton prend ses distances avec Trump

Ouganda Seize militants ougandais LGBT contraints à des test anaux

PMA / GPA Un débat avec la philosophe Sylviane Agacinski annulé après des menaces

Irlande du Nord Le parti unioniste DUP veut une protection des églises contre le mariage gay

Cameroun A Yaoundé, un vidéo-club fragile havre de liberté pour homosexuels

Hongrie Des néo-nazis brulent un drapeau arc-en-ciel qui flottait devant un centre culturel de Budapest

Homophobie Un couple d'Isère victime de harcèlement homophobe

New York 1,75 million de dollars pour un homosexuel insulté et frappé par la police

Nancy Prison ferme pour un homme qui faisait chanter ses clients à coup de sextapes

Les précédentes Unes

précédent novembre 2019 suivant
lu ma me je ve sa di
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

SWEATER
59 €
Voir l'offre pour SWEATER
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
CAGOULE
35 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
BLOUSON
179 €
Voir l'offre pour BLOUSON
chez RoB Paris
COCKRING
29 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez RoB Paris
POIRE A LAVEMENTS
35.00 €
Voir l'offre pour POIRE A LAVEMENTS
chez Menstore
KIT COCKRING
24.50 €
Voir l'offre pour KIT COCKRING
chez Mentoyz
J-LUBE
22.95 €
Voir l'offre pour J-LUBE
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
MASQUE OCCULTANT
9.00 €
Voir l'offre pour MASQUE OCCULTANT
chez Mentoyz
JOCKSTRAP
35 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
K-MATAB
12.90 €
Voir l'offre pour K-MATAB
chez Menstore
GEL LUBRIX
5.50 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIX
chez Mentoyz
SUCE TETONS
19 €
Voir l'offre pour SUCE TETONS
chez RoB Paris
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris