Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Dépénalisation finale de l'homosexualité votée après trois semaines agitées - Gabon

Gabon

Dépénalisation finale de l'homosexualité votée après trois semaines agitées

Les parlementaires gabonais ont définitivement adopté lundi soir la dépénalisation de l'homosexualité, une modification du code pénal initiée par le gouvernement qui a provoqué l'ire d'une partie de l'opinion publique.

E-llico.com / Actus

Dépénalisation finale de l'homosexualité votée après trois semaines agitées
Gabon

Mis en ligne le 01/07/2020

Tags

Gabon Code pénal Criminalisation relations homosexuelles

La dépénalisation de l'homosexualité adoptée lundi au Gabon est un soulagement pour la très discrète communauté homosexuelle de ce pays d'Afrique centrale éprouvée par une année dans l'illégalité mais surtout trois semaines d'un débat houleux, souvent violent, qui continue de diviser les Gabonais. "C'est une bonne nouvelle, nous allons enfin pouvoir souffler", lâche Parfait junior Magnaga, à la tête de Sante + pro humanitus, une des rares associations qui défendent les droits des minorités sexuelles au Gabon.

En juillet 2019, le Sénat avait voté sa pénalisation: avoir un rapport sexuel avec une personne de même sexe était devenu une "atteinte au moeurs" passible de 6 mois de prison et d'une amende de 5 millions de francs CFA (8000 francs suisses). Si la loi n'a jamais été appliquée, "depuis un an, nous étions plus vulnérables face aux violences, car nous n'avions plus le droit de notre côté", témoigne, dans un entretien avec l'AFP, M. Magnaga, psycho-sexologue de profession. En temps normal, "il est déjà difficile pour un homosexuel ici d'aller porter plainte quand il est agressé verbalement ou physiquement, la pénalisation avait rendu cela impossible", ajoute-t-il.

"Le vote des parlementaires est une petite victoire pour nous, mais il n'est pas question de jubiler pour autant, nous préférons rester discrets", tempère-t-il. M. Magnaga affirme que la communauté a surtout très envie que le Gabon tourne la page de cette séquence politique "éprouvante". Plusieurs personnes homosexuelles ont témoigné d'avoir vécu une période psychologiquement très difficile.

Depuis trois semaines en effet, la question de la dépénalisation de l'homosexualité était sur toutes les lèvres, dans la rue, la presse et les réseaux sociaux. Et avec, son lot de propos homophobes. Pas une journée sans qu'un article de presse ne paraisse sur le sujet, certains allant jusqu'à assimiler l'homosexualité "à la pédophilie" ou encore "à la zoophilie".

Pas une journée non plus, sans que des leaders de l'Eglise catholique ou de l'opposition ne s'expriment dans des tribunes pour condamner cette pratique sexuelle, souvent dans des termes très violents. Ni même une heure sans que des messages incitant à la haine des homosexuels ne soient publiés sur les réseaux sociaux. "Dans le taxi, au quartier, à la télévision, à la maison, les remarques homophobes étaient partout", ajoute M. Magnaga. Le psychologue montre une vidéo, tournée il y a trois jours sur le grand marché de Libreville, selon lui, où l'on voit un jeune homme accusé d'être homosexuel poursuivi par un groupe, insulté et échappant de justesse à un passage à tabac grâce à l'intervention d'un autre homme.

Lundi matin, juste avant le vote, les titres de presse écrite reflétaient ce climat tendu: "La nation gabonaise se fissure dangereusement», «la dépénalisation de l'homosexualité passe mal", pouvait-on lire dans les kiosques. Parmi les opposants à la dépénalisation, nombreux sont ceux qui affirment que le vote des parlementaires est loin de refléter l'opinion de la majorité des Gabonais. Que le gouvernement a forcé la main des parlementaires.

A l'image de l'opposant Paul-Marie Gondjout qui, dans une lettre ouverte au chef du gouvernement, écrivait: la dépénalisation "ne bénéficie pas d'une grande adhésion", fustigeant "un pouvoir qui choisit manifestement, et contre les intérêts de son peuple, de servir des lobbies et des moeurs étrangères à nos us et coutumes". Des propos proches de ceux de l'archevêque de Libreville Jean-Patrick Iba-Ba qui, le même jour, affirmait dans un communiqué que le "vote était en contradiction" avec l'opinion "de la majorité des Gabonais". Et d'accuser "certaines organisations internationales" de "conditionner leur aide par l'acceptation des modes de comportements étrangers à nos moeurs".

L'homosexualité est largement criminalisée en Afrique subsaharienne, où plus de la moitié des pays l'interdisent ou la punissent, parfois de la peine de mort. Le Gabon n'avait cependant jamais interdit l'homosexualité avant l'année dernière, sa législation n'en faisant même pas mention. Lundi soir, le coordinateur résident des Nations Unies au Gabon, le Dr Stephen Jackson, saluait le vote des parlementaires, "conforme à la promesse constitutionnelle du Gabon selon laquelle chaque citoyen a droit au libre développement de sa personnalité". 

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Julien

La France a dépénalisé l'homosexualité et pourtant la France est encore et toujours un pays extrêmement homophobe.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Syrie Les gays et trans régulièrement tabassés, violés et mutilés par les différentes factions du conflit

Pologne L'Union européenne refuse des subventions à des villes menant une politique homophobe

Egalité L'Assemblée nationale vote à nouveau l'ouverture de la PMA à toutes les femmes

Après sa démission Christophe Girard se défend d'avoir été proche de Gabriel Matzneff

Homophobie d'État La Russie proteste officiellement contre les drapeaux arc-en-ciel sur les ambassades étrangères

PMA pour toutes Les opposants ne baissent pas les armes à l'Assemblée

Disparition Gisèle Halimi, avocate féministe et défenseure des droits humains fondamentaux, est morte

PMA pour toutes Pas un texte en catimini, affirme Olivier Véran

Paris Nouvelle agression homophobe dans le 11e arrondissement

Italie Le parlement débat d'un projet de loi sanctionnant les crimes de haine anti-LGBT

Tribunal de Paris Plusieurs enquêtes ouvertes contre des policiers accusés de racisme et de transphobie

Politique Le député Les Républicains Maxime Minot fait son coming out

Portrait Jean-Louis Touraine, le député-médecin pro-PMA, pro-GPA en marche rapide

Mairie de Paris Crise au sein de la majorité municipale après la démission de Christophe Girard

Loi bioéthique Dernier sprint à l'Assemblée nationale pour la PMA pour toutes

Etats-Unis Gays, Noirs, hispaniques, ils veulent bousculer le prochain Congrès

Traité sur les violences aux femmes Une création féministe qui vise à justifier l'idéologie gay, selon un ministre polonais

Affaire Matzneff Christophe Girard quitte son poste d'adjoint d'Hidalgo en dénonçant un climat délétère

Pologne Le gouvernement ultra-conservateur poursuit Ikea pour avoir licencié un employé homophobe

Loi bioéthique Près de 2.300 amendements au menu lundi à l'Assemblée

Grande-Bretagne Le boxeur britannique James Hawley exclu de son club après des propos homophobes

Allemagne Munich candidate aux Gay Games 2026, l'extrême droite bavaroise s'y oppose

Adoption Un célibataire porte plainte pour discrimination à Paris

Réseaux sociaux La cancel culture, nouvelle arme des anonymes et facteur de polarisation

Etats-Unis / Présidentielle Caitlyn Jenner ambitionne de devenir la première vice-présidente trans américaine

Censure / Homophobie Netflix annule une série en Turquie en raison d'un personnage gay

Israël Le Parlement israélien ouvre la voie à l'interdiction des thérapies de conversion

Policier gay tué sur les Champs en 2017 Le parquet antiterroriste veut un procès pour les 4 suspects impliqués dans le meurtre de Xavier Jugelé

Brésil La communauté LGBT redoute la nomination de juges conservateurs à la Cour suprême par Bolsonaro

Tchétchénie Le dirigeant homophobe Kadyrov et sa famille interdits d'entrée aux États-Unis

Les précédentes Unes

précédent août 2020 suivant
lu ma me je ve sa di
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

EMBOUT DE DOUCHE
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT DE DOUCHE
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
MASQUE TISSU
15 €
Voir l'offre pour MASQUE TISSU
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
T-SHIRT WOOF
35 €
Voir l'offre pour T-SHIRT WOOF
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
T-SHIRT DADDY
35 €
Voir l'offre pour T-SHIRT DADDY
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
J-LUBE
22.95 €
Voir l'offre pour J-LUBE
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
MAXI SPERM
19.00 €
Voir l'offre pour MAXI SPERM
chez Menstore
SAC DE SPORT
50.00 €
Voir l'offre pour SAC DE SPORT
chez Menstore
SUCE TETONS
19 €
Voir l'offre pour SUCE TETONS
chez RoB Paris
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris