Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
 La justice suisse impose un traitement hormonal à Caster Semenya  - Hyperandrogénie

Hyperandrogénie

La justice suisse impose un traitement hormonal à Caster Semenya

La Sud-Africaine Caster Semenya a perdu une bataille importante dans son long combat: la justice suisse a confirmé que l'athlète hyperandrogène devait prendre un traitement hormonal pour concourir sur sa distance fétiche du 800 m.

E-llico.com / Actus

La justice suisse impose un traitement hormonal à Caster Semenya
Hyperandrogénie

Mis en ligne le 14/09/2020

Tags

Sport Caster Semenya Hyperandrogénie Fédération internationale d'athlétisme

La sportive de 29 ans, dont le bras de fer avec la Fédération internationale d'athlétisme dure depuis plus de dix ans, a aussitôt annoncé qu'elle envisageait "tous les recours internationaux et nationaux".

"Je suis très déçue par cet arrêt, mais je refuse de laisser World Athletics me droguer ou m'empêcher d'être qui je suis", a réagi l'athlète dans un communiqué, promettant de se battre "pour les droits humains des femmes athlètes, sur la piste et en dehors, jusqu'à ce que nous puissions courir aussi libres que nous sommes nées".

Depuis sa révélation en 2009, la jeune femme à la carrure musculeuse a raflé deux titres olympiques, trois titres mondiaux. Elle est devenue la porte-étendard des athlètes "hyperandrogènes", au coeur d'une controverse opposant équité sportive et droit à la différence.

Pour la deuxième fois, la justice l'a déboutée: le Tribunal fédéral suisse, dans un arrêt rendu le 25 août et publié mardi soir, a confirmé la décision rendue l'an dernier par le Tribunal arbitral du sport (TAS), validant donc la réglementation de World Athletics.

Expertise à l'appui, la fédération a défini en avril 2018 un seuil maximal de testostérone pour concourir avec les femmes sur des distances allant du 400 mètres au mile (1609 m), englobant donc le 800 mètres où étincelle la Sud-Africaine.

Concrètement, les femmes présentant un excès naturel d'hormones sexuelles mâles, en raison d'une variante génétique, doivent faire baisser leur taux de testostérone par un traitement, afin de s'aligner sur les épreuves internationales.

Mais Caster Semenya voit dans ce règlement une "discrimination", ainsi qu'une "violation de sa dignité humaine": cible dès ses premières apparitions de débats sur son apparence physique, interdite une première fois de compétition pendant 11 mois et contrainte de subir des "tests de féminité" restés secrets, la Sud-Africaine se bat désormais pour concourir sans traitement.

"Exclure les femmes athlètes ou mettre notre santé en danger simplement en raison de nos aptitudes naturelles place World Athletics du mauvais côté de l'histoire", plaide la sportive.

Dans ce dossier devenu très politique, Caster Semenya revendique le soutien de l'Association médicale mondiale (WMA), qui avait exhorté l'an dernier l'ensemble des praticiens à refuser d'appliquer les conditions d'admissibilité des athlètes féminines.

"Il est communément admis qu’il est contraire à l'éthique de prescrire un traitement contre l’hyperandrogénisme si cet état de santé n’est pas reconnu comme pathologique", avait souligné la WMA.

Même le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, lors d'une rare intrusion dans le monde du sport, avait apporté en 2019 un soutien unanime à l'athlète et désapprouvé la réglementation de World Athletics.

Mais le Tribunal fédéral de Lausanne a fait prévaloir "l'équité des compétitions" comme "principe cardinal du sport", au motif qu'un taux de testostérone comparable à celui des hommes confère aux athlètes féminines "un avantage insurmontable".

Certes, la Cour suprême suisse admet qu'un traitement hormonal porte "sérieusement atteinte au droit à l'intégrité physique". Mais elle souligne que les athlètes concernées peuvent "librement refuser" de le suivre - certes au prix d'un retrait des compétitions.

Caster Semenya, épaulée par une équipe de juristes internationaux, entend désormais contester la portée de cet arrêt: pour elle, ni le TAS ni la justice suisse ne peuvent valider le règlement de World Athletics "dans les différents pays du monde, dont le Japon" qui accueillera les prochains JO.

Sur le terrain sportif, la championne envisage par ailleurs de basculer sur 200 mètres, le sprint n'étant pas concerné par le règlement: en mars dernier, elle s'était montrée optimiste sur ses chances de réaliser les minima nécessaires pour s'aligner sur cette distance à Tokyo.

Rédaction avec AFP

 

> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Lilian

L'histoire du sport professionnel est jalonné d'hommes qui se sont fait passer pour des femmes donc il est normal de vérifier qu'il s'agit d'une femme s'il y a un doute raisonnable.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Grande-Bretagne Le prochain recensement va collecter des données sur l’orientation sexuelle et le genre

Nouvelle-Zélande Dix pour cent des députés néo-zélandais sont LGBT dans le nouveau parlement

Modération des contenus haineux La justice ordonne une médiation entre Twitter et des associations dont SOS homophobie

Estonie Pour le ministre de l'Intérieur, les partisans du mariage gay sont des hétérophobes

Justice Trois mois avec sursis requis contre Marcel Campion, jugé pour propos homophobes

Etats-Unis Anthony Fauci, médecin malgré lui au centre de la campagne américaine

Algérie Human Rights Watch appelle à libérer deux hommes condamnés pour homosexualité

Cour européenne des droits de l'homme La Russie condamnée à indemniser des militants LGBT arrêtés illégalement en 2013

Covid-19 Le mode de vie gay impacté par le couvre-feu

Etats-Unis / Présidentielle Joe Biden rend hommage à Matthew Shepard et s'engage à lutter contre les crimes de haine

Viols au Vatican Le procès de deux prêtres italiens a débuté

2020-2023 Le gouvernement annonce un plan triennal pour renforcer les droits des personnes LGBT

Documentaire En Croatie, le voile est levé sur l'histoire d'amour de deux nonnes

Etats-Unis Premier faux pas homophobe de la candidate à la Cour suprême

Gouvernement / Parlement Marlène Schiappa annonce l’interdiction des thérapies de conversion dans la loi sur les séparatismes

Balkans Une marche des fiertés en voiture au Kosovo à cause du coronavirus

Covid-19 La Marche des Fiertés LGBT de Paris du 7 novembre annulée

Jeux Olympiques Ouverture d'une Pride House à Tokyo, un acquis pour la communauté LGBTQ

Propos racistes et homophobes La justice déboute un policier de Rouen contestant sa révocation

PMA pour toutes Rassemblements contre la PMA sans père dans plusieurs villes de France

Sondage Inquiétante régression de la place des LGBT en entreprise

Eglise catholique / Pédophilie Procès de deux prêtres italiens au Vatican

Homophobie La CEDH condamne la Géorgie pour des fouilles à nu dans une association LGBT

Japon Un élu de Tokyo accuse les homosexuels de provoquer l'extinction du pays

Etats-Unis / Présidentielle La chanteuse gay-friendly Taylor Swift soutient Joe Biden pour commencer à guérir l'Amérique

Etats-Unis Les conservateurs de la Cour suprême relancent les critiques sur la décision légalisant le mariage gay

Birmanie Un candidat aux élections affiche son homosexualité, une première

Etats-Unis / Présidentielle Des gays détournent le hashtag Proudboys sur les réseaux sociaux

Sondage Les Français très favorables à l’amplification de la lutte contre l'homophobie

Hongrie Viktor Orban veut que les gays laissent les enfants tranquille

Les précédentes Unes

précédent octobre 2020 suivant
lu ma me je ve sa di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
Publicité

Shopping

MASQUE TISSU
16 €
Voir l'offre pour MASQUE TISSU
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
BLOUSON
159.90 €
Voir l'offre pour BLOUSON
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL CANNABIS
12 €
Voir l'offre pour GEL CANNABIS
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
15 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
POMPE
42 €
Voir l'offre pour POMPE
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
GEL CHAUFFANT
10.5 €
Voir l'offre pour GEL CHAUFFANT
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
MAXI SPERM
19.00 €
Voir l'offre pour MAXI SPERM
chez Menstore
SAC DE SPORT
50.00 €
Voir l'offre pour SAC DE SPORT
chez Menstore
CAGOULE
35 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris