Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
L'offensive ou le profil bas; la difficile stratégie des démocrates face à Trump - Etats-Unis / Présidentielle

Etats-Unis / Présidentielle

L'offensive ou le profil bas; la difficile stratégie des démocrates face à Trump

"Raciste", "sexiste", "menteur pathologique": Bernie Sanders est entré dans la course à la Maison Blanche avec des mots très durs contre Donald Trump, tandis que d'autres candidats démocrates prenaient plus de précautions, illustrant un dilemme stratégique. 

E-llico.com / Actus

L'offensive ou le profil bas; la difficile stratégie des démocrates face à Trump
Etats-Unis / Présidentielle

Mis en ligne le 21/02/2019

Tags

Etat-Unis Présidentielle Parti démocrate Bernie Sanders

Faut-il répondre au président républicain, habile communicant qui dégaine facilement les surnoms, ou l'ignorer? Face caméra, l'air solennel, Bernie Sanders n'a pas attendu 20 secondes dans la vidéo annonçant sa candidature pour qualifier Donald Trump de "président le plus dangereux de l'Histoire moderne américaine". "C'est un raciste, un sexiste, un homophobe, un xénophobe", a asséné le sénateur âgé de 77 ans.

Dans le même souffle, l'ex-candidat malheureux à l'investiture démocrate en 2016 a présenté les grandes lignes de son programme. Attaquer Donald Trump - maître dans l'utilisation de Twitter - tout en offrant une vision d'avenir: c'est le délicat jeu d'équilibriste que la dizaine de candidats à l'investiture démocrate pour la présidentielle américaine de novembre 2020 va devoir maîtriser.

"Nous disons depuis longtemps qu'il est très important pour les démocrates de ne pas simplement s'opposer à Trump mais aussi d'offrir une vision positive et un programme bien à eux", soulignait récemment Jon Favreau, ex-responsable des discours du président démocrate Barack Obama, dans son influent podcast "Pod Save America". "Bernie le dingue vient d'entrer dans la course. Je lui souhaite bien du succès!", a lancé le président républicain sur Twitter mercredi matin.

Les Obama aussi

Si la salve abrasive de Bernie Sanders contraste avec les débuts de campagne moins offensifs des autres candidats, c'est que ce dernier peut se le permettre car il bénéficie déjà d'une grande notoriété après sa bataille survoltée contre Hillary Clinton en 2016, et caracole en tête des premiers sondages.

Le meneur "doit agir comme s'il était déjà le seul dans l'arène", c'est pourquoi Bernie Sanders s'est "présenté comme s'il était seul contre le président", remarque Dante Scala, professeur de sciences politiques à l'université du New Hampshire.

Face à Donald Trump et un électorat particulièrement divisé, les candidats moins connus que Bernie Sanders tâtonnent encore, optant souvent pour un message optimiste, plus loin du ring politique.

"Ce n'est jamais une mauvaise stratégie de commencer sur une note positive, surtout quand on se présente" aux électeurs, reconnaît Dante Scala. Mais s'ils n'ont pas encore déployé d'attaque aussi frontale, certains n'ont pas hésité pour autant à tacler le président, à la grande joie de la base démocrate, très remontée.

A Donald Trump qui moquait son annonce de candidature sous la neige, en mettant en doute au passage la réalité du changement climatique, la sénatrice plutôt centriste Amy Klobuchar a répondu directement sur Twitter: "la science est de mon côté", avant de lancer avec humour: "Et je me demande comment vos cheveux s'en tireraient dans le blizzard".

Quant à Elizabeth Warren, la sénatrice progressiste, elle n'a pas épargné les coups lors de son annonce de candidature, elle qui fait régulièrement les frais des railleries de Donald Trump. Le républicain la surnomme "Pocahontas", moquant les très lointaines origines amérindiennes qu'elle revendique. "Nous savons tous que l'administration Trump est la plus corrompue de mémoire récente", a-t-elle notamment dit, même si les critiques du président n'ont pas occupé une aussi grande place que chez Bernie Sanders.

"Tôt ou tard, ils attaqueront tous Trump", prédit Tobe Berkovitz, professeur en communication à l'université de Boston. "A ce stade, il n'y a pas de raison de choisir la voie la plus noble mais en même temps", la défaite de la démocrate Hillary Clinton face au milliardaire en 2016 "a démontré que ce n'était pas une stratégie gagnante de ne faire qu'attaquer Trump à 100%", insiste-t-il.

La politique américaine a toujours été très dure, même sous Barack Obama, explique Tobe Berkovitz, qualifiant de "mythe" le message de Michelle Obama qui avait appelé en 2016 à s'élever face aux coups bas de Donald Trump. "Les Obama aussi faisaient dans les coups bas, ils le faisaient juste de façon plus présentable", estime-t-il. Mais Donald Trump "a traîné une scène politique déjà malséante encore plus bas que ce l'on pensait possible".

Rédaction avec AFP


> Publicité <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Taïwan Le Parlement légalise le mariage gay, une première en Asie

Hongrie Tollé après des propos homophobes du président du Parlement

Chiffres Les infractions homophobes ont augmenté de 30% en un an

PMA pour toutes Edouard Philippe confirme qu'un texte sera présenté avant les vacances d'été

Eglise catholique Le nonce apostolique accusé d’agressions sexuelles sur de jeunes hommes a été entendu par la police

Situation des personnes LGBT La France régresse au classement Rainbow Europe 2019

Rapport 2019 2018, année noire pour les personnes LGBT, selon SOS homophobie

Football Brassards arc-en-ciel, signalement de dérapages: la LFP annonce un plan d'action contre l'homophobie

International Israël monte le son avec l'Eurovision malgré les appels au boycott

Internet Le propriétaire chinois de Grindr va revendre l'appli sous pression des Etats-Unis

Théâtre La machine de Turing triomphe aux Molières

Homophobie Les agresseurs homophobes sont de jeunes hommes agissant en groupe

Brunei La charia ne criminalise pas les personnes selon leur identité sexuelle, soutient un ministre

Bangladesh Huit islamistes accusés du meurtre de deux militants gay

Cuba La police interrompt une marche non-autorisée pour les droits des LGBT

Londres Le métro bannit les publicités de onze pays homophobes

Grande-Bretagne / Irlande Le sandwich LGBT de Marks & Spencer fait polémique

Brésil Bolsonaro se défend d'être raciste ou homophobe

Sondage La plupart des électeurs ne croient pas que les États-Unis sont prêts pour un président gay

Hong Kong Un pasteur philippin défend le mariage gay devant la justice hongkongaise

Chanson Madonna célèbre les 50 ans de Stonewall avec I Rise

Homophobie Un suspect interpellé après l'agression d'un responsable de Stop Homophobie

Homophobie Un dîner en hommage à Bolsonaro à New York perd plusieurs sponsors

Lapidation des homosexuels Brunei renonce à la peine de mort en cas d'homosexualité et d'adultère

Homophobie dans le sport L'Equipe Magazine fait sa Une sur deux sportifs qui s'embrassent

Etats-Unis Avec la Maison Blanche en vue, le couple Buttigieg secoue déjà l'Amérique

Homophobie Les Pays-Bas interdisent la venue d'un pasteur américain anti-gay

Paris / Municipales Ian Brossat porte plainte contre Campion pour injures homophobes

Réseaux sociaux Facebook bannit des personnalités aux propos haineux

Sport / Intersexe Caster Semenya devra limiter son taux de testostérone

Les précédentes Unes

précédent mai 2019 suivant
lu ma me je ve sa di
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

POLO ROB
45 €
Voir l'offre pour POLO ROB
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
SHORT CAMO
79 €
Voir l'offre pour SHORT CAMO
chez RoB Paris
COCKRING
44 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez RoB Paris
COMBI SEXY
65 €
Voir l'offre pour COMBI SEXY
chez RoB Paris
POIRE A LAVEMENTS
35.00 €
Voir l'offre pour POIRE A LAVEMENTS
chez Menstore
KIT COCKRING
24.50 €
Voir l'offre pour KIT COCKRING
chez Mentoyz
J-LUBE
22.95 €
Voir l'offre pour J-LUBE
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
MASQUE OCCULTANT
9.00 €
Voir l'offre pour MASQUE OCCULTANT
chez Mentoyz
JOCKSTRAP
35 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
K-MATAB
12.90 €
Voir l'offre pour K-MATAB
chez Menstore
GEL LUBRIX
5.50 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIX
chez Mentoyz
ASPIRE TETONS
19 €
Voir l'offre pour ASPIRE TETONS
chez RoB Paris
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris