Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Toilettes publiques, affaires privées: les dessous des pissotières  - Exposition

Exposition

Toilettes publiques, affaires privées: les dessous des pissotières

Après Berlin et avant New York, une exposition accompagnée d'un beau livre, rend hommages aux toilettes publiques, surnommés "tasses" en argot parisien ou "pissotières" en langage courant, installés sur les trottoirs pour répondre aux besoins naturels des hommes, et qui ont disparu en 1984.

E-llico.com / Agendas

Toilettes publiques, affaires privées: les dessous des pissotières
Exposition

Mis en ligne le 20/11/2019

Tags

Exposition Les Tasses: toilettes publiques, affaires privées

En 1969, Hitchcock, jamais à une provocation près, a choisi une vespasienne pour une interview télévisée. Inventés en 1834 par le préfet Rambuteau, le "Monsieur propre" de Paris, ces urinoirs publics, ont été les premiers lieux de liberté pour les homosexuels, abritant aussi l'échange de messages secrets de la Résistance.

Après Berlin et avant New York, une exposition insolite accompagnée d'un beau livre, rend leur majesté à ces précieux édicules, surnommés "tasses" en argot parisien ou "pissotières" en langage courant, installés sur les trottoirs pour répondre aux besoins naturels des hommes, et qui ont disparu en 1984.

"Il ne faut pas mettre cette petite histoire humaine sous le tapis", confie le photographe et écrivain Marc Martin, spécialisé dans les "fantômes urbains" et qui a mené une enquête de dix ans sur le sujet, rencontrant sociologues et historiens, et ressuscitant au passage des écrits de Verlaine, Rimbaud, Céline et Musset. "J'ai proposé l'exposition à plusieurs musées parisiens qui, malgré leur intérêt, ont décliné", ajoute-t-il.

A Berlin, le Schwules Museum, musée gay et lesbien, lui a ouvert les portes, tout comme son équivalent à New York, le Leslie-Lohman Museum, à partir de septembre 2020.

Une affaire de mecs

Inaugurée mardi au Point éphémère à Paris à l'occasion de la Journée mondiale des Toilettes, l'exposition "Les Tasses: toilettes publiques, affaires privées" retrace la petite et grande histoire des urinoirs publics à travers de nombreuses photographies et documents.

"Pisser en ville au XIXème siècle resta longtemps une affaire de mecs, ce qui nous renvoie aux prémices du féminisme et au questionnement sur les genres", souligne Marc Martin. "Au-delà de l'objectif hygiéniste, les vespasiennes, du nom de l'empereur romain Vespasien qui taxa l'urine, ont répondu aussi à un besoin social. Des hommes en quête d'identité y ont posé les premières pierres du vivre-ensemble. Les 'tasses' sont rapidement devenues des lieux de rencontres impossibles ailleurs. Des générations d'hommes s'y sont émancipés", ajoute Marc Martin.

"Près de 4.000 vespasiennes ont été dénombrées en France, dont 2.000 à Paris. Les 'tasses' ont été surtout des lieux de brassage social", observe-t-il. "En 1834, les premiers urinoirs installés dans des colonnes Morris ne proposaient qu'une place. Comme des files d'attente se formaient, les vespasiennes à plusieurs places les ont vite remplacées derrière des tôles ajourées. Plus c'était confiné, plus de choses s'y passaient...".

Désormais, elles se vendent de temps en temps aux enchères: à Paris il n'y en a qu'une encore en activité, 75, Boulevard Arago, devant la prison de la Santé, dans le quatorzième arrondissement.

L'exposition permet ainsi de découvrir les témoignages en vidéo de plusieurs hommes à visage découvert ayant fréquenté les anciennes "pissotières". L'un d'eux, Hugues, 83 ans, raconte qu'il y a rencontré l'homme de sa vie.

Endroits libertaires 

"Je me suis fait tripoter par des danseurs, des couturiers, des acteurs, des chanteurs... Rencontrer quelqu'un dans une tasse puante et se retrouver dans son appartement somptueux quelques minutes plus tard, c'était une belle aventure!", confie pour sa part Jean-Pierre, 73 ans.

"J'aimerais qu'on reconnaisse à ces hommes un certain courage. Je voudrais rendre à ces endroits libertaires, qui ont abrité tant de frissons, leur part troublante de sensualité", explique Marc Martin. "N'ont-ils pas osé braver les interdits ? N'ont-ils pas, pendant plus d'un siècle, osé affronter les plaisirs alors défendus ?".

Les vespasiennes ont été aussi des espaces de visibilité politique et commerciale avec des publicités, accueillant notamment les premières campagnes de prévention et de sensibilisation aux maladies vénériennes.

Pendant l'affaire Dreyfus, les comploteurs répendaient leurs fausses informations dans les urinoirs publics, remplacés dans les années 80 par les "Sanisettes" monoplaces, répondant aux nouvelles normes d'hygiène. L'exposition n'élude rien. Pas même les "soupeurs" - attirés par l'urine d'autres hommes -, una pratique sexuelle très marginale, assure Marc Martin. "Ce n'est pas une légende urbaine, mais ça a été gonflé pour entâcher un peu plus l'image des vespasiennes et les faire disparaître".

Rédaction avec AFP

      

                                       > Publicité <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Denis

Que de souvenirs dans ces édicules?
Que d'émois vécus là?
Certaines Tasses étaient propres à l'exhibition (donc au voyeurisme) telle celle à l'entrée du jardin des Tuileries, au pied du mur de soutainement de l'Orangerie, où l'on pouvait zyeuter les mecs d'en haut?

Bons souvenirs les mecs.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Parlement européen Renew Europe expulse un élu lituanien pour homophobie

Transgenres Le parquet de Paris requiert les assises pour le meurtre de Vanesa Campos

Cour européenne des droits de l'homme La Roumanie condamnée pour avoir refusé de reconnaître deux hommes trans sans chirurgie

Indonésie Un couple d'Américaines expulsé après avoir décrit Bali comme un paradis pour gays

Polémique Le Monde présente ses excuses après un dessin problématique évoquant l'inceste et les transgenres

Affaire Matzneff Après cinq mois d'absence, Christophe Girard de retour à la mairie de Paris

Statistiques Les mariages entre femmes ont dépassé les mariages entre hommes en 2020

Etats-Unis L'acteur X Matthew Camp dénonce l'incendie de sa maison comme un crime de haine homophobe

Dîner de la mode annulé Le Sidaction met aux enchères des lots d'exception pour la recherche

Projet de loi La PMA pour toutes de retour au Sénat

Propos homophobes La porte-parole de LREM Laetitia Avia visée par une enquête pour harcèlement moral

Transgenres Israël déclassifie enfin la transidentité des maladies mentales

Réseaux sociaux La Pologne veut instaurer une loi rendant illégale la censure des contenus haineux

Israël Un rabbin affirme que le vaccin contre le Covid-19 rend homosexuel

Affaire Duhamel Jack Lang regrette d'avoir défendu le consentement sexuel pour des mineurs de 13 ans

Assemblée nationale Un amendement pour interdire les mutilations des enfants intersexes

Etats-Unis Lady Gaga chantera officiellement pour l'investiture de Joe Biden

Sport Le basketteur suisse Marco Lehmann fait son coming out

Cinéma L'actrice Tilda Swinton se présente comme queer

Histoire Macron, d'accord avec la famille de Rimbaud, écarte l'entrée du poète au Panthéon

Rouen 6 ans de prison ferme contre un homme accusé d'agression homophobe

Pologne Trois militantes polonaises jugées pour avoir auréolé la Vierge d'un arc-en-ciel

Projet de loi bioéthique / PMA Mobilisation des associations avant la seconde lecture au Sénat

Corée-du-Sud Sexiste, homophobe, anti-handicapés... un chatbot déraille

Genre / Transidentité Des professeurs face à leurs élèves

Europe Un eurodéputé lituanien sommé de s'excuser après des propos homophobes

Lutte contre l'homophobie Frédéric Potier quitte ses fonctions à la tête de la Dilcrah

Réfugiés A Paris, une colocation pour des lesbiennes exilées en errance

Réseaux sociaux Non, Barbie n'a pas de petite amie

Grande-Bretagne / Attaque de Reading Le meurtrier de trois homosexuels condamné à la prison à perpétuité

Les précédentes Unes

précédent janvier 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

SHORT
47 €
Voir l'offre pour SHORT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
SWEATER
49 €
Voir l'offre pour SWEATER
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL MIXTE
15 €
Voir l'offre pour GEL MIXTE
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
MAXI SPERM
19.00 €
Voir l'offre pour MAXI SPERM
chez Menstore
SAC DE SPORT
50.00 €
Voir l'offre pour SAC DE SPORT
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris