Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
La <I>cancel culture</I>, nouvelle arme des anonymes et facteur de polarisation - Réseaux sociaux

Réseaux sociaux

La cancel culture, nouvelle arme des anonymes et facteur de polarisation

Célébrités, dirigeants, mais aussi grandes marques ou quidams, personne n'est plus à l'abri de la "cancel culture" qui dénonce leurs errements et demande des comptes, au point que certains dénoncent ses excès et sa contribution à la polarisation politique.

E-llico.com / Actus

La cancel culture, nouvelle arme des anonymes et facteur de polarisation
Réseaux sociaux

Mis en ligne le 23/07/2020

Tags

Cancel culture

L'écrivaine J.K. Rowling (photo) en a fait les frais pour des propos jugés insultants pour les personnes transgenres: une déclaration polémique, un tweet ambigu vieux de dix ans, une vidéo compromettante, et les réseaux sociaux s'attaquent à l'auteur.

Il faut le "cancel", littéralement le supprimer mais plus concrètement ternir son image, perturber son activité, jusqu'à ce qu'il rende les armes, s'excuse, essaie de réparer.

Le YouTubeur star Shane Dawson et de vieilles vidéos au contenu raciste, ou la chanteuse Lana Del Rey et un message Instagram qui critique des artistes noires ont tous deux été rattrapés par la vague "cancel".

Il y a aussi les marques, du riz Uncle Ben's et son imagerie jugée raciste, au géant agroalimentaire Goya, attaqué après le soutien de son directeur général à Donald Trump.

"L'activisme sur Twitter, c'est facile: en une poignée de secondes, on peut attaquer quelqu'un ou faire circuler une pétition pour qu'il soit licencié ou mis à l'index", souligne Richard Ford, professeur de droit à Stanford.

Cet universitaire fait partie des plus de 150 personnalités du monde des arts et des sciences signataires d'une lettre "sur la justice et le débat ouvert", publiée début juillet sur le site du magazine Harper's, qui s'inquiète des dérives de ce mouvement.

Il reconnait néanmoins qu'"une partie de l'activisme sur les réseaux sociaux est constructif et légitime".

Beaucoup voient dans la "cancel culture" l'émergence d'un nouveau pouvoir, désormais à la disposition du plus grand nombre alors qu'il était jusqu'ici l'exclusivité d'une poignée.

"L'époque où les gens qui sont traités injustement ne pouvaient pas répondre aux opinions rétrogrades et toxiques est terminée", se félicite Lisa Nakamura, professeure à l'université du Michigan, qui a étudié la "cancel culture".

"Si une personnalité veut écarter les transgenres", dit-elle, "il n'y a pas de raison qu'elle ne soit pas écartée en retour."

Comme d'autres, l'enseignante voit aussi dans ce mouvement, qui avait connu sa première heure de gloire avec le mouvement #MeToo en 2017, un spectre beaucoup plus large, qui inclue désormais les manifestations ordinaires de comportements discriminants.

Elle cite l'exemple d'Amy Cooper, filmée à Central Park en train de réclamer à la police d'arrêter un homme noir sans raison valable.

"La 'cancel culture', c'est ce qui se passe quand les victimes de racisme et de sexisme ne taisent plus l'identité de leurs agresseurs", considère Lisa Nakamura.

Récupération politique

Mais pour Keith Hampton, professeur de médias et informations à l'université de Michigan State, si les réseaux sociaux peuvent être vecteurs de changement et de progrès, le "cancelling" peut "déraper".

"S'il s'agit d'essayer de détruire les gens", dit-il, "alors cela crée d'autres problèmes."

Les auteurs de la lettre ouverte de Harper's avertissent d'une radicalisation du mouvement, qui ne laisse plus place à la discussion.

Les réseaux sociaux "incitent aux provocations et à la colère, tout en étant quasiment dénués de nuances", affirme Richard Ford.

Il s'alarme du fait que la "cancel culture" s'exprime désormais régulièrement au-delà des réseaux sociaux, dans le monde académique ou du travail en général.

"Parfois, le but est seulement la satisfaction de faire tomber quelqu'un", regrette-t-il.

En outre, "la honte et la mise à l'index ne changent pas les opinions", ajoute Keith Hampton, pour qui cet aspect du mouvement "va probablement augmenter la polarisation" de la société américaine.

Cette polarisation est alimentée selon lui par des forces qui ont intérêt à semer la division et enflammer le climat social.

Donald Trump et ses partisans dénoncent ainsi ce concept depuis plusieurs semaines en l'utilisant pour diaboliser le mouvement né après la mort de l'Afro-Américain George Floyd. Ils accusent les manifestants de menacer les fondements de la société américaine en pratiquant la "cancel culture" à outrance, et en faisant notamment tomber les statues de personnalités liées à l'esclavage et aux persécutions des minorités.

C'est pourtant le président américain lui-même, rappelle Richard Ford, qui a favorisé la "cancel culture" ces dernières années en s'en prenant nommément, notamment sur Twitter, à des individus ou groupes qu'il voulait discréditer.

Le phénomène "peut être problématique quand il divise un mouvement social ou s'en prend aux mauvaises personnes", estime Lisa Nakamura, mais "il a déjà été un outil important du changement."

"Le mouvement Black Lives Matter aurait été très différent sans les exemples de racisme ordinaire dans les (supermarchés) Walmart, sur les pistes de jogging ou dans d'autres endroits publics."

Rédaction avec AFP

 

> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Nounours

Le cyberharcèlement est l'arme des lâches et des faibles qui frappent sans se soucier des conséquences. Appelez-ça comme vous voudrez ce sera toujours profondément dégueulasse.

Gérard

Les politiques et les journalistes se plaignent de la "cancel culture" mais ne font rien contre le harcèlement moral en entreprise.
Quand un patron ou un drh harcèle moralement un employé, ce patron et ce drh veulent supprimer cet employé. Macron en fait rien contre le harcèlement moral en entreprise...

Albert

La "cancel culture" existe parce qu'auparavant, les politiques n'ont rien fait et les journalistes ont regardé ailleurs.
La "cancel culture", c'est comme le racisme anti-blanc.

Si les politiques et les journalistes deviennent exemplaires, la "cancel culture" disparaîtra immédiatement.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Hongrie Manifestation contre la loi interdisant la représentation de l'homosexualité

USA / Orlando La discothèque gay Pulse, cible d'une attentat terroriste, désignée Mémorial national

Eglise catholique Bénir des couples gays: pourquoi pas?, dit un influent évêque allemand

Grande-Bretagne A Birmingham, des équipes de cricket LGBTQ s'affrontent, une première mondiale

Gay Pride A la Marche des Fiertés de Lyon, la non-mixité fait débat

Brésil Un jeune gay de 22 ans torturé et victime d'un viol collectif

Angers Condamnation de l'auteur de vols avec violences envers deux gays

Hongrie Le pouvoir veut interdire la promotion de l'homosexualité auprès des mineurs

Policier gay assassiné Les témoignages de la mère et du mari de Xavier Jugelé

Médias Valeurs actuelles porte plainte contre un collectif de lutte contre le financement du discours de haine

Asie Le Japon est à un tournant sur les droits des LGBTQ

Cnews Pour Eric Zemmour, Emmanuel Macron a désacralisé sa fonction en posant avec des gays et des noirs

Irlande du Nord Un unioniste fondamentaliste et homophobe désigné Premier ministre

Egalité L'Assemblée valide à nouveau la PMA pour toutes, avant son adoption ultime le 29 juin

PMA pour toutes Les associations LGBT déplorent de trop nombreux manquements

Terrorisme Le procès de l'assassinat du policier gay Xavier Jugelé s'est ouvert

VIH Après 40 ans de recherche sur le sida, où en est la quête d'un vaccin ?

VIH / Sida L'épidémie de sida en dix dates clés

Israël La Gay Pride de Tel-Aviv revient après un an d'absence dû au coronavirus

Ghana 21 militants LGBT en détention

Russie Le réalisateur Serebrennikov privé de Cannes à cause d'une condamnation

Egalité La PMA pour toutes dans la dernière ligne droite à l'Assemblée

Nigeria Décès d'un prédicateur évangélique homophobe

Gay Pride 4.500 personnes défilent à Rennes

Sénégal Un formateur écarté après une épreuve scolaire autour de l'homosexualité

Israël Une Gay Pride sous haute sécurité à Jérusalem

Marais La mairie de Paris veut racheter un immeuble pour sauver le dancing gay Le Tango

Etats-Unis Le nombre annuel d'infections au VIH a chuté de 73% entre le pic des années 1980 et 2019

Football Le match Mexique-Costa Rica interrompu après des cris homophobes

Sida Des dizaines de pays ont atteint ou dépassé les objectifs de l'ONU

Les précédentes Unes

précédent juin 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

SHORT
47 €
Voir l'offre pour SHORT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
SWEATER
49 €
Voir l'offre pour SWEATER
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
LIVRES GAY
à partir de 6 €
Voir l'offre pour LIVRES GAY
chez Menstore
SAC DE SPORT
50.00 €
Voir l'offre pour SAC DE SPORT
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris