Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Tessa Ganserer se bat pour son nom et la communauté transgenre - Allemagne

Allemagne

Tessa Ganserer se bat pour son nom et la communauté transgenre

Il y a trois ans, l'écologiste Tessa Ganserer est devenue la première députée régionale transgenre d'Allemagne. Aujourd'hui, elle vise le Bundestag, mais son passé revient la hanter sous la forme de son ancien prénom masculin, imprimé sur un bulletin de vote.

E-llico.com / Actus

Tessa Ganserer se bat pour son nom et la communauté transgenre
Allemagne

Mis en ligne le 06/09/2021

Tags

Allemagne Transgenres Tessa Ganserer

"Deadname" (nom mort, en anglais), c'est ainsi que les personnes transgenres qualifient leur prénom d'avant leur transition, dont l'emploi est jugé offensant. Or ce nom renié figure sur le bulletin de vote de la candidate bavaroise de Nuremberg pour les élections générales du 26 septembre, où elle a de bonnes chances d'entrer au Bundestag. Tessa est aussi imprimé, mais à la suite de l'ancien. Et entre parenthèses.

"C'est humiliant, cela me blesse car j'ai abandonné ce nom masculin, qui est tout simplement faux", déclare cette femme élégante de 44 ans, à la voix posée et aux longs cheveux blonds lors d'un entretien avec l'AFP à Berlin.

Depuis son coming out en 2019, l'ingénieure spécialisée dans la sylviculture vit en tant que femme. Tous, y compris ses très conservateurs collègues du parlement de Munich, s'adressent à elle au féminin. Si son prénom masculin refait surface, c'est parce qu'elle n'a pas formellement modifié son identité administrative par protestation contre la complexité des démarches. La procédure est longue -elle peut durer plusieurs années-, coûteuse, -jusqu'à 2.000 euros-, et tout simplement "contraire à la dignité humaine", énumère-t-elle.

"Questions très intimes" 

"Je devrais déposer une demande auprès d'un tribunal, subir deux expertises psychiatriques, seulement pour qu'un juge décide si je suis acceptée par l'Etat en tant que la femme que je suis déjà publiquement depuis 3 ans", résume-t-elle, pointant l'incongruité de la situation. "Les expertises psychiatriques portent sur des questions en partie très intimes, sur la première expérience sexuelle, sur la nature des fantasmes sexuels, sur le style de sous-vêtements portés", s'insurge-t-elle.

Cette procédure est imposée par une loi qui date des années 80. Au fil des années, la Cour suprême allemande a déclaré plusieurs de ses dispositions inconstitutionnelles. Dans leur dernier verdict en 2011, les juges de Karlsruhe ont aboli l'obligation de subir une opération pour obtenir un changement d'état civil complet et encouragé l'exécutif à réformer enfin la loi.

D'autres pays européens ont déjà simplifié la leur. En Suisse, en Espagne ou au Danemark, il suffit de demander sa nouvelle pièce d'identité avec les modifications souhaitées. En Allemagne, des réformes du même type proposées par les Verts et les libéraux ont été rejetées au printemps par les conservateurs d'Angela Merkel, en désaccord sur la forme du service de conseil et d'accompagnement aux personnes transgenres.

"Au bout de mes forces"

"Personnellement, j'ai eu énormément de mal à me résoudre à un coming out", raconte-t-elle, par peur des réactions des autres partis, de l'exposition au public de sa vie privée, des dénigrements sur les réseaux sociaux, qui ne manqueraient pas d'en découler. "Mais j'étais arrivée au bout de mes forces (...)", se souvient-elle. "Je voulais continuer à faire de la politique, mais je devais enfin être moi-même et vivre en tant que la femme que j'ai en fait toujours été".

Sa famille lui apporte un soutien précieux. Son épouse, avec qui elle a deux fils, vit toujours à ses côtés. Désormais, Tessa Ganserer s'est fixée comme objectif prioritaire l'abolition de la loi, mais plus globalement aussi la défense des droits de la communauté LGBT+, à savoir les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes et asexuelles. "Il y a encore trop de haine et de violence contre eux juste parce qu'ils sont comme ils sont", dit-elle.

Les délits -harcèlement verbaux ou agressions physiques- à leur endroit ont augmenté de 36% en 2020, selon le ministère de l'Intérieur. Elle-même est victime d'"insultes, de moqueries et même de menaces" essentiellement sur les réseaux sociaux, et porte régulièrement plainte. En revanche, elle dit "n'avoir jamais entendu le moindre vilain mot lors de ses échanges avec les gens" pendant sa campagne. Au Bundestag, elle compte faire progresser sa cause. Et émet l'espoir que le prochain gouvernement, dont pourraient faire partie les Verts, s'y attellera aussi.

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Assemblée nationale Les députés vont débattre de l'interdiction des thérapies de conversion

Toulouse Un élu victime d'une agression violente dans un lieu de rencontre gay

Thérapies de conversion Marlène Schiappa confie une mission à la Miviludes

Justice Gérard Louvin et son mari visés par une nouvelle enquête pour viols sur mineurs

Folsom Europe Soirée cuir et cordes dans une église de Berlin

Assises du Val d'Oise 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'un homosexuel

Hongrie / Vatican Entre Orban et le pape, divergence sur les personnes LGBT

Lituanie Un livre de contes de fées LGBT pour les enfants devant la CEDH

Espagne Le jeune gay se disant victime d'une agression homophobe à Madrid se rétracte

Assises du Val d'Oise 25 ans de réclusion requis contre le meurtrier d'un homosexuel

Assises du Val d'Oise Le meurtrier d'un homosexuel invoque une possession pour expliquer son acte

Assises du Val d'Oise La famille de la victime homosexuelle décrit un homme serviable et prévenant

Assises du Val d'Oise L'homosexualité refoulée peut-être à l'origine de l'assassinat d'un gay

Chine Le gouvernement interdit les hommes efféminés à la télévision

Espagne Indignation après une violente agression homophobe

Maroc Les relations homosexuelles ou hors mariage, sujets confidentiels du débat électoral

Allemagne Tessa Ganserer se bat pour son nom et la communauté transgenre

GPA La Manif pour Tous perturbe le Salon Désir d'enfant

Etats-Unis Le ministre des Transports et son mari présentent leurs jumeaux

Assises du Val d'Oise Premier jour du procès du meurtrier d'un homosexuel victime d'un guet-apens

Suisse Plusieurs milliers de personnes pour le mariage pour tous à Zurich

Guet-apens Un homme aux assises pour le meurtre d'un homosexuel en 2018

Russie Des cadets parachutistes simulent le meurtre d'un homosexuel lors d'une représentation théâtrale

Afghanistan Un homosexuel violé et battu après un guet-apens tendu par des talibans

Bangladesh Six islamistes condamnés à mort pour le meurtre de deux militants homosexuels

Réseaux sociaux Face à la haine en ligne, Twitter lance un mode sécurité

Sida Un essai vaccinal contre le VIH échoue, un autre en cours chez Moderna

Afghanistan Les talibans découpent le corps d’un gay pour montrer ce qu’ils font avec les homosexuels

Sida Une troisième dose de vaccin anti-Covid proposée à 500.000 Britanniques immuno-déprimés

Hommage Gisèle Halimi honorée aux Invalides

Les précédentes Unes

précédent septembre 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

SHORT
47 €
Voir l'offre pour SHORT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
SWEATER
49 €
Voir l'offre pour SWEATER
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
COMICS GAY
6 €
Voir l'offre pour COMICS GAY
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris